Actualités immobilière

Le marché de l’immobilier au premier semestre 2017


Les années de scrutin présidentiel ont-elles une influence bénéfique sur le moral des Français ?

Toujours est-il qu’en mai 2017 (élection d’Emmanuel Macron), l’indicateur de confiance des ménages a retrouvé son plus haut niveau depuis aout 2007 (été de l’élection de Nicolas Sarkozy). Le nombre de transactions et le niveau des prix sont, eux aussi, alignés à la hausse.

Un nombre de ventes record

Le cap des 900 000 ventes annuelles a été franchi en juin dernier. C’est un chiffre sans précédent, qui se traduit par une progression de 9,9% sur douze mois. De leur coté les ventes ont progressé de 13%. Ce pendant, ce chiffre dissimule des disparités régionales. Bien que les deux tiers des départements aient connu une progression des ventes de plus de 10%, près de la moitié des transactions (46%) se sont concentrés sur vingt départements.

Une hausse des prix

La hausse s’est confirmée, voir amplifiée. En juin, elle attient un niveau de 4% sur douze mois. Le prix des appartements a augmenté de 4,4% et celui des maisons de 3,4%. Mais encore une fois, il y a des disparités régionales. Certaines villes comme Limoges, Clermont Ferrand, Dijon, St Etienne ou Le Havre voient leurs prix baisser de 1 à 3%. En revanche, Marseille, Lyon, Lille ou Paris voient des hausses comprises entre 4,8 et 5,9%. Bordeaux détient même le record puisque la hausse de prix est de 7,1% là bas.

Marché du neuf

Le nombre de mises en chantier s’est accru de 14,6% et les ventes de maisons individuelles en secteur diffus de 18%.